L’audit énergétique de bâtiment est un diagnostic qui a pour objectif de dresser un état des lieux de la consommation énergétique d’un bâtiment, et d’identifier des actions potentielles d’économies d’énergie (chauffage thermique, eau, électricité etc…). Il est accompagné d’un ensemble de préconisations et d’un plan d’action à mettre en oeuvre pour améliorer l’efficacité énergétique de la construction.

 

La réalisation d’un audit énergétique dans le secteur tertiaire et dans le domaine des habitations collectives est défini par une réglementation spécifique, que l’on nomme généralement décret tertiaire.

 

 

La réglementation globale autour de l’audit énergétique tertiaire

 

La conduite d’un audit énergétique tertiaire est cadrée par la norme européenne EN 16247-2 bâtiments. Il s’agit d’un nouveau document de référence spécifique au secteur tertiaire, dans lequel les audits énergétiques répondent à un objectif différent que dans l’industrie, par exemple. Vous pouvez consulter la loi à tout moment sur le site web de l’AFNOR.

 

Le décret tertiaire est quant à lui paru en 2014 pour apporter des spécifications sur le texte de loi.

 

La réglementation en vigueur encadre aussi l’obligation de réaliser un audit énergétique des bâtiments, qui concerne chaque grande entreprise. Celles-ci doivent en effet réaliser des audits énergétiques réglementaires, qui devront être menés par un auditeur qualifié, et ce tous les 4 ans. L’audit obligatoire concerne les entreprises de plus de 250 salariés, ou dont le chiffre d’affaires excède les 50 millions d’euros, ou dont le bilan annuel est supérieur à 43 millions d’euros.

 
réaliser un audit énergétique bâtiment tertiaire
 
 

 

Les différentes étapes de l’audit énergétique tertiaire  

 

Toute étude énergétique complet débute par une analyse technique du bâtiment réalisé dans le but de collecter des données sur sa consommation en énergie, de ses équipements et des contrats énergétiques de son propriétaire. Il est accompagné de la présentation d’une solution d’optimisation énergétique sous la forme d’un plan d’amélioration potentielle de la performance énergétique du bâtiment, ainsi que d’une présentation détaillée du coût de cette amélioration, le tout dans un rapport d’audit.

 

Le retour sur investissements réalisé grâce à la conduite de travaux ou à l’installation d’équipements technologiques de mesure et de suivi de la consommation d’énergie est également passé au crible. Le commanditaire peut alors avoir une idée précise des économies qu’il pourra réaliser.

 

Les étapes clés de l’audit énergétique tertiaire sont directement formulées par le cadre normatif européen EN 16247. Il s’agit d’un ensemble de normes indiquant la méthodologie à suivre et les actions à mener tout au long de l’audit énergétique.

 

Ces normes renseignent également sur les exigences du poste d’auditeur, en matière de confidentialité et de transparence ainsi que de compétences.

 

 

A qui faire appel pour réaliser votre audit énergétique tertiaire ?

 

L’audit énergétique tertiaire peut être mis en place en interne par l’entreprise, si celle-ci dispose d’un membre compétent pour le mettre en oeuvre, ou d’un responsable de transition énergétique. Ce référent technique devra respecter les normes d’impartialité et être en mesure de présenter les preuves de sa qualification.

 

L’entreprise commanditaire peut également faire appel à un auditeur externe pour analyser sa consommation, indépendant et qualifié/ agréé.  Un décret datant de 2014 fixe les conditions réglementaires de qualifications des prestataires réalisant des audits énergétiques. Ceux-ci doivent avoir obtenu leur certification par l’OPQIBI (Organisme Professionnel de Qualification de l’Ingénierie Bâtiment et Industrie) ou le LNE (Laboratoire National de métrologie et d’essai).  Ces organismes de qualification doivent eux-mêmes être validés par le COFRAC, sur la base de la norme européenne NF X 50-091

 

Les prestataires externes concernés évoluant dans un bureau d’études peuvent donc se former par le biais de l’OPQIBI, à L’OPQIBI 1905 pour les audits énergétiques de bâtiments tertiaires et habitations collectives, à L’OPQIBI 1717 pour les audits énergétiques industriels, et à L’OPQIBI 0607 pour les audits énergétiques à l’égard des activités de transport de marchandises et/ou de personnes.