Entreprendre des travaux de rénovation énergétique peut s’avérer être la solution ultime si votre bâtiment est ce que l’on appelle une “passoire à énergie”. Ces travaux vont permettre de réaliser des économies d’énergie, et donc d’alléger vos factures d’énergie tout en améliorant le confort.

 

La mise en œuvre de travaux de rénovation énergétique peut aussi s’ancrer dans une démarche de transition écologique, de plus en plus encouragée par les pouvoirs publics. C’est la raison pour laquelle vous pourrez bénéficier de différentes aides de l’Etat, en fonction de votre situation.

 

Voici quelques étapes à suivre pour identifier vos postes de dépenses énergétiques et engager sereinement vos travaux de rénovation énergétique.

 

 

Etape 1 / Déceler vos postes de dépense en énergie

 

Avant d’entreprendre vos premiers travaux de rénovation énergétique, il est important de comprendre d’où proviennent vos dépenses, afin de mesurer la portée de votre investissement.

 

Généralement, c’est le système de chauffage qui est le plus en cause. L’eau chaude sanitaire vient en seconde position et représente environ 10 % de la facture annuelle.

 

Dans les entreprises, les déperditions en énergie peuvent provenir du système de chauffage, mais aussi de l’isolation ou de la ventilation. Quand on opère sur un parc immobilier entier, il est d’autant plus important de connaître précisément l’origine des déperditions.

 
rénovation énergétique bâtiment
 
 

 

Etape 2 / Prioriser vos travaux d’économies d’énergie 

 

Identifier les points faibles de votre bâtiment vous permet de vous concentrer en premier lieu sur les travaux de rénovation énergétique les plus prioritaires et les plus rentables en matière d’économies d’énergie.

 

Les travaux de rénovation énergétique qui concernent l’enveloppe du bâtiment, tels que les travaux d’isolation thermique, le remplacement des fenêtres ou encore le changement du système de ventilation peuvent vous permettre d’atteindre vos objectifs d’amélioration de votre performance énergétique globale relativement rapidement.

 

Surtout, ils sont prioritaires par rapport à l’installation d’un nouveau système de chauffage, par exemple. Car même si celui-ci est très performant, il ne pourra rien si votre bâtiment ne garde pas la chaleur entre ses murs… Il faudra donc rénover. L’isolation thermique, si elle est nécessaire, est donc à penser en premier lieu.

 

La gestion de l’air entrant et sortant et de l’humidité doit aussi absolument accompagner vos travaux d’isolation thermique. Il vous est possible d’installer une VMC à simple ou double flux, et éventuellement d’investir dans un système de gestion de la circulation de l’air dans votre habitation.

 

Ensuite, vous pourrez opter pour un mode de chauffage performant qui s’adapte à la nature de votre bâtiment, à son implantation géographique et aux usages dont il en est fait.

 

Chaudière à gaz, pompe à chaleur, système à cogénération etc… Pour choisir votre système de chauffage, vous devrez prendre en compte toutes les contraintes de votre bâtiment. Pensez à inclure dans votre réflexion le niveau de retour sur investissement par rapport au prix d’achat ainsi que les subventions existantes.

 

 

Etape 3 / Faire le point sur les aides dont vous pouvez bénéficier

 

De nombreux dispositifs de l’Etat existent pour vous aider à financer vos aménagements énergétiques. Elles concernent pour la plupart un bouquet de travaux, c’est-à-dire un ensemble de travaux sur plusieurs postes d’optimisation énergétique. Tout simplement parce que les pouvoirs publics misent sur la plus grande rentabilité en termes d’économie d’énergie des travaux multi-sources.

 

Parmi ces aides financières, le CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique) prend en charge jusqu’à 30 % du montant de vos travaux. Les primes versées par les fournisseurs d’énergie sous le dispositif du CEE (Certificat d’Economies d’Energie) sont également intéressantes. Il existe par exemple la prime “coup de pouce Isolation” pour les travaux thermiques et la prime conversion chaudière pour l’installation d’un système de chaudière moins énergivore.

 

L’anah, Agence Nationale de l’Habitat propose des aides appelées “Habiter Mieux Sérénité”. Vous pouvez aussi avoir recours au prêt à taux zéro Eco-PTZ et bénéficier d’un taux de TVA réduit s’il est prouvé que vous réalisez vos travaux ou installations dans le but de réduire votre consommation d’énergie et d’optimiser vos performances énergétiques.