La transition énergétique encourage les entreprises à réaliser des économies d’énergie et à améliorer leur performance énergétique. La loi DDADUE y fixe un cadre légal en imposant un audit énergétique à réaliser tous les 4 ans aux grandes entreprises du secteur tertiaire. L’ensemble des entreprises du tertiaire, y compris les plus petites, sont également soumises à la loi Elan et au décret tertiaire en vigueur.

 

 

Profil énergétique du secteur tertiaire en France

 

Le tertiaire est l’un des secteurs d’activités qui entraîne le plus de consommations énergétiques en France. Avec le secteur résidentiel, il concentre 47 % de la consommation énergétique totale. Les bâtiments tertiaires utilisent les différentes sources d’énergie de la manière suivante : 52 % en électricité, 29 % en gaz naturel, 12 % en produits pétroliers, 4 % en énergies renouvelables et 3 % provenant de la chaleur vendue par les réseaux.

 

Depuis l’instauration de la loi de Transition Energétique, tous les secteurs d’activités sont fortement invités à réduire leurs dépenses énergétiques. Le secteur tertiaire est concerné non seulement par la loi Elan, mais aussi plus précisément par le décret tertiaire, qui encadre précisément les actions des entreprises du secteur.

 

L’audit énergétique des bâtiments du tertiaire représente une étape préalable à la mise en place d’une solution d’amélioration de la performance énergétique, telle que des travaux de rénovation thermique ou l’installation de capteurs analysant les données énergétiques des bâtiments.

 
audit énergétique bâtiment tertiaire
 
 

 

Audit énergétique : une obligation pour les entreprises du tertiaire 

 

L’obligation de s’astreindre à un audit énergétique, pour les entreprises du tertiaire comme des autres secteurs, est soutenue par une directive européenne de 2012.

 

Cette directive fixe depuis 2013 les conditions de l’obligation. Sont concernées toutes les entreprises ayant un effectif supérieur à 250 salariés ou chiffre d’affaires annuel supérieur à 50 millions d’euros, ainsi qu’un bilan de plus de 43 millions d’euros sur 2 années consécutives.

 

Les entreprises ayant obtenu la certification iso 50001 sont écartées de l’obligation de réaliser un audit énergétique. Ce sont généralement des sociétés qui ont fait le choix de mettre en place un système de management de l’énergie.

 

L’audit énergétique bâtiments tertiaire peut être réalisé en interne par un membre compétent du personnel, à condition qu’il dispose de la qualification délivrée par les organismes accrédités par le COFRAC.

 

 

 La norme NF 16247

 

La norme NF 16247 concerne plus spécifiquement les entreprises du secteur tertiaire. Il s’agit du référentiel normatif en vigueur pour l’encadrement des audits énergétiques du secteur tertiaire.

 

Tout d’abord, elle indique que l’audit doit couvrir a minima 80 % des factures énergétiques de l’entreprise. Elle pose également un cadre commun à tous les audits. L’audit énergétique des bâtiments tertiaire doit en effet commencer par une réunion de démarrage, se poursuivre par un recueil des données énergétiques et un travail sur site, pour se finir par une analyse des résultats.

 

NF 16247 englobe 4 normes qui concernent respectivement tous les secteurs, puis les secteurs du bâtiment, de l’industrie et du transport.

 

 

La loi Elan

 

La loi Elan est le second axe majoritaire de l’amélioration de performance énergétique du secteur tertiaire, après l’audit énergétique. Elle pose un objectif de réduction des consommations énergétiques des entreprises à l’horizon 2050. Les entreprises du secteur tertiaire devront donc alléger leur facture d’énergie d’au moins 40 % en 2030, 50 % en 2040 et 60 % en 2050, en considérant les consommations de l’année 2010 comme valeur de référence.

 

 

Mettre à profit l’audit énergétique des bâtiments

 

La réalisation d’un audit énergétique ne sert à rien si elle n’est pas défini comme un outil au service de la mise en place de solutions et d’actions adaptées à chaque entreprise pour améliorer son efficacité énergétique.

 

L’ADEME a pourtant constaté que près de la moitié des audits réglementaires réalisés par des prestataires ne formulaient pas plus de 5 préconisations. Une liste bien trop courte pour véritablement améliorer l’efficacité énergétique du parc tertiaire.

 

Pourtant, un audit énergétique pertinent des bâtiments de votre parc immobilier, suivi d’actions précises, peut vous permettre de réaliser jusqu’à 25 % d’économies d’énergie. Choisir un accompagnement personnalisé peut vous permettre de rentabiliser vos investissements en audit énergétique obligatoire.

 

De plus, les capteurs et compteurs énergétiques installés dans vos bâtiments vous permettent de réaliser un audit énergétique en continu, d’avoir accès à un rapport détaillé pour vous permettre d’adapter vos usages de l’énergie.